Quand et comment modifier la forme juridique de son entreprise ?

Plusieurs raisons peuvent conduire les entrepreneurs à modifier le régime juridique de leurs sociétés. En effet, le choix du premier statut de l’entreprise ne peut pas être définitif. Aussi suite à différents faits, le recours à une autre forme juridique pourrait s’imposer afin d’instaurer un certain équilibre au sein de l’entreprise. Quand et comment fallait-il procéder à une telle transformation ? Focus dans cet article.

Quand changer la forme juridique de son entreprise ?

Il est tout à fait normal qu’un entrepreneur décide de protéger son projet individuel. Toutefois, avec un statut tel l’EIRL, il peut être confronté à des difficultés. La première étape qu’il doit d’abord adopter est d’adopter la forme d’une société. Cette solution est recommandée pour assurer un maximum de protection pour le patrimoine personnel dans le cas d’une entreprise individuelle. Outre cette possibilité de d’associer et recevoir des investisseurs, le patrimoine sera doté de sa propre personnalité morale et sera à l’abri des poursuites des créanciers grâce au régime de société. L’entrepreneur doit par contre être tenu des garanties signées avec la banque de sa société.

Procédure de changement

Pour que la procédure de changement de la forme juridique soit légale, l’entrepreneur, qui opte pour la forme de la société, est tenu de créer une société, puis, il lui doit trouver la forme qui correspond le plus à ses besoins telle que SARL, EURL, SAS, SASU, etc.

Il ne doit pas ensuite manquer de faire apport de son fonds de commerce à la société ou de faire acheter l’entreprise par la société. L’apport peut parfois être effectué via le rapport d’un commissaire spécialisé si la valeur de l’entreprise dépasse 50% du capital social ou si sa valeur d’apport est au-delà de 30 mille €.

Comment modifier son statut juridique

Pour pourvoir modifier la forme juridique d’une entreprise, la société se doit de respecter la loi et ce en rendant toutes ses transformations publiques, via plusieurs démarches comme le fait de publier un avis dans le JAL du département, 1 mois au maximum après le changement. Chaque société a son propre processus de décision et ne peut pas s’apparenter aux autres, par exemple si dans le cas d’une SARL et la SA les associés doivent organiser une réunion en assemblée générale extraordinaire, pour le SAS, il convient d’opter pour les statuts de la société qui peut trouver l’élément permettant de transformer les statuts. Mais en ce qui concerne l’EURL, c’est l’associé qui sera chargé de prendre la décision. Et quoi qu’il en soit, un procès verbal est de mise pour constater la décision de chacune de ces formes.

Quelles étapes pour le rachat d’une entreprise ?
Recrutement : pourquoi ne pas faire appel à un chasseur de têtes ?