Qu’est-ce que la DPEF ?

DPEF

DPEF, c’est un peu l’étoile montante de l’acronyme. Tout rapport de fin d’année d’une petite, moyenne ou grande entreprise ne peut être ignoré. La RSE, ou responsabilité sociale de l’entreprise, retient l’attention des chefs de services concernés. De plus en plus d’entreprises sont curieuses de connaître l’impact social et environnemental de l’entreprise.

C’est quoi la DPEF

Depuis 2019, l’émergence de ce nouvel acronyme bouleverse le petit monde du reporting RSE. La DPEF précise la déclaration de performance extra-financière, document qui permet aux entreprises de préciser l’ensemble des actions déployées pour couvrir les enjeux sociaux, environnementaux, sociaux et de gouvernance liés à leurs activités. Et cela, on l’entend très peu en open space. Surtout en termes d’environnement, le contenu de la déclaration de performance Extra-financière est généralement plus complet que le rapport RSE. La déclaration de performance extra-financière vise à aider ses dirigeants à mieux répondre aux attentes de toutes les parties prenantes de l’écosystème de l’entreprise, notamment les investisseurs qui disposent d’une nouvelle grille d’analyse extra-financière. N’hesitez pas a visiter le site dédié pour plus d’informations sur la  gestion de votre performance financière et extra-financière.

L’obligation à l’échelle Européenne

La DPEF, également appelée Déclaration de Performance Extra-Financière, est un document qui permet à une entreprise de communiquer sur les mesures qu’elle prend pour répondre aux enjeux environnementaux et sociaux de ses activités et de son modèle de gouvernance. En termes d’actions de protection de l’environnement, il est plus exigeant que l’ancien rapport RSE, mais surtout, la déclaration de performance Extra-financière permet de répondre de manière plus pertinente aux attentes des différentes parties prenantes. Il permet aux investisseurs de déterminer la direction du financement de manière éclairée. Par conséquent, cette déclaration n’est pas seulement une obligation réglementaire de certaines entreprises, mais aussi un véritable outil d’orientation stratégique que chacun peut utiliser volontairement. Plusieurs dates clés marquent cette nouvelle réglementation. Tout a commencé avec la directive européenne 2014/95/UE en octobre 2014, qui impliquait la diffusion d’informations extra-financières et d’informations liées à la diversification par certaines grandes entreprises et grands groupes. Trois ans plus tard, en juillet 2017, la directive entre dans le droit français au nom de DPEF et remplace le rapport de responsabilité sociétale d’entreprise, également appelé Grenelle II, dans la liste des 43 sujets proposés par l’entreprise sur les questions extra-financières. Les détails de la déclaration seront développés en 2019 pour renforcer cette volonté de transparence dans le comportement de l’entreprise.

Les réglementaires de la DPEF

Un bon DPEF se concentre sur l’analyse des risques financiers supplémentaires de l’entreprise afin de voir les problèmes prioritaires et les problèmes qui doivent être résolus. Il s’agit de la branche principale. Pour vérifier si sa déclaration annuelle de performance extra-financière est conforme, elle doit être auditée par un tiers indépendant désigné. Deux points sont essentiels à un DPEF réussi : la conformité et la loyauté de l’information. En fait, il ne s’agit pas seulement de blâmer tous les problèmes ou risques de l’entreprise. Il est prévu que ce dernier sera décrit plus tard et les politiques formulées pour le contrôler seront expliquées. Il est également nécessaire de mentionner les objectifs de temps réalisables, les actions résultant de la mise en œuvre de la politique et les résultats et indicateurs de performance clé, appelés KPI. Pour être honnête, c’est un peu la même chose. L’organisme s’assure de la véracité des informations mentionnées dans les publications publiques de la déclaration de performance Extra-financière.

Les informations comportant la DPEF

L’information à inclure dans votre DPEF est la même pour tous. Il existe également une obligation de publier le DPEF 5 ans sur le site internet de l’entreprise. Il s’agit d’une source qui doit rester ouverte aux parties prenantes, contrairement au rapport OTI qui est facultatif. Alors si vous voulez un exemple de DPEF, vous pouvez consulter des exemples de grands groupes, comme Casino ou Banque Populaire. Certaines informations doivent être affichées dans son contenu, qui porte sur les principaux risques RSE dans plusieurs thèmes. Dans tous les cas, la société doit définir les problèmes qui lui paraissent le plus logique. Ainsi, selon le rapport du MEDEF issu de l’arrêté de juillet 2017, le document comporte 4 volets obligatoires pour faire face à ces enjeux. En plus, si quelques sujets ne sont pas évoqués, comme la lutte contre les discriminations ou l’impact environnemental de ses activités, l’entreprise doit justifier son refus de choisir. La déclaration de performance Extra-financière ne doit pas être vue comme une contrainte, mais comme un levier de performance et de réussite. Dans le décret de 2017, il n’y a pas de lignes directrices dans la loi. Tout cela donnera lieu à une sorte d’interprétation, mais le plus important est de permettre un détournement des questions fondamentales du texte de la DPEF. De ce fait, ce document peut être un véritable outil de gestion, et non seulement une simple liste de contrôle.

Quels sont les avantages des factures électroniques ?
Comment assurer le suivi de votre projet ?